Meliès d'Or

      

FR / EN 

ARCHIVES

L'Édition 2014

16-19 octobre 2014 / Ciné TNB, Rennes

Concours The Review 2015

En une décennie, la programmation exigeante et fédératrice de Court Métrange sʼest imposée dans le paysage des manifestations de cinéma fantastique de premier plan. Plébiscité par le public (ses salles combles en sont la preuve) et reconnu par ses paires (Court Métrage est le seul festival de courts a avoir intégré la prestigieuse sélection de lʼEFFFF - European Fantastic Film Festivals Federation), il est dorénavant un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux du cinéma de genre.

Pour sa 11e édition, Court Métrange a proposé 50 films courts. A cela, sʼest ajouté une Nuit du Fantastique, 12 séances scolaires et une projection des films primés, dimanche 19 octobre à 18h, au Cine TNB.
 

 

La programmation

Retrouvez tous les court métrages sélectionnés pour l'édition 2014...

Téléchargez le programme

Le palmarès

Le Jury

Le Pitch Dating

Les Rencontres

Les Séances Scolaires

Séances scolaires 2015

Parcours Métrange 2014

Les frontières entre art contemporain et cinéma se révèlent de plus en plus poreuses. Court Métrange, à travers son parcours d’expositions invite à la réflexion entre ces deux champs de la création.

Toutes les infos

 

 

D.O.A
(Déploiements Oniriques Attendus)


En contraignant nuitamment le cerveau à s’éveiller lorsque la conscience s’en est allée musarder ailleurs, il semble que l’activité onirique nous permette de digérer les émotions absorbées dans la journée. Soit. On peut adhérer à cette idée défendable et hardie. Des scientifiques adeptes de la caféine (qui nagent autant dans leur blouse que dans la science-‐ fiction) s’accrochent cependant aux théories les plus farfelues. Ils tentent de mesurer des concepts aussi abstraits que le rêve et le cauchemar à l’aide d’outils qui prêtent à rire. Ils observent l’activité cérébrale de cobayes (généralement diminués par des excès de talk-‐ shows) par l’intermédiaire d’électroencéphalogrammes. Ceux-‐ ci sont enregistrés lors de phases de sommeil paradoxal (généralement associés). Les supposés savants pensent ingénument percer le mystère. Impayable.

À Court Métrange, nous sommes plus amplement informés que ces malheureux (dont l’unique diplôme légitime est celui d’avoir su le clouer au mur). Nous en savons beaucoup sur le sujet du rêve, ce phénomène partagé par une grande partie des mammifères auxquels nous appartenons (même si un doute subsiste au sujet de Cédric Courtoux quand il ingère des chips). Et nous mettons à la disposition de notre public aimé, le seul instrument susceptible d’agiter son système limbique sans négliger son cortex : l’art cinématographique (et d’autres arts encore comme si ça ne suffisait pas).

Nous savons bien que les seuls onirologues, dignes d’appellation, se recrutent chez les créateurs. Ils n’ont pas fait du rêve et du cauchemar que des sujets d’étude, ils les ont sublimés en des productions artistiques. Celles-‐ ci transportent leurs contemplateurs dans une sphère de conscience qui transcende l’idée même de compréhension (devenue saugrenue). Les images qui effleurent la surface de l’écran, qui surgissent en objets volumineux ou qui s’étalent en créations graphiques, en disent plus sur nos rêves et nous-‐ mêmes que cent rapports vomis par ordinateur.

Vous allez le constater à travers les courts métrages internationaux que se sont régalés à retenir nos sélectionneurs en chef. Aucun mot d’ordre sur la thématique « Territoire des Songes » n’a été adressé aux réalisateurs qui nous les ont proposés. Mais vous vous doutez bien que, par nature, beaucoup répondent implicitement à la commande sans avoir été produits dans cette intention. À travers ces oeuvres courtes, dont le Fantastique est l’étançon, nous saurons comment rêvent et cauchemardent la Slovaquie, le Canada, le Danemark, l’Angleterre et bien d’autres pays encore (en clair, nous en apprendrons un peu plus sur eux). Il est important de mentionner que deux séances sont présentées en audio-‐ description et avec un sous-‐ titrage à destination du public sourd et malentendant. L’imaginaire, c’est l’affaire de toutes et tous.

Parmi les autres réjouissances, La Nuit du Fantastique, en amont du festival (et entre autres méfaits), remettra en selle la figure principale de Nightmare on Elm street. Vous pourrez noctambuler de nouveau avec Freddy, ce redoutable taquin qui déchire le sac du marchand de sable pour en faire jaillir ce qu’il veut. Le Parcours Métrange, riche d’expositions et de rencontres, vous confrontera à la création rennaise (et d’ailleurs) et philosophera sans réserve autour de notre thématique. On chuchote même que dans le Village Métrange (implanté dans la rue St-‐ Hélier avec la complicité de ses talentueux commerçants), résonneront les sabots d’une créature mythique, jaillie des songes. Pour rêver avec nous, en ce mois d’octobre, bondissez hors du lit !

 

Steven PRAVONG
Directeur artistique de Court Métrange