FR / EN 

  • bootstrap carouselDécouvrez le palmarès complet de la 15ème édition de Court Métrange !
  • bootstrap carouselMardi 16 Oct 19h / 21h30 - Suspiria et Les frissons de l'angoisse au Cinéma Gaumont !
  • bootstrap carouselVoyage immersif dans l’art fantastique et visionnaire du 9 au 19 Octobre 2018
  • bootstrap carouselSeptième édition du pitch dating à Court Métrange !
  • bootstrap carouselCourt Métrange propose aux jeunes de 12 à 18 ans un concours de courts métrages.
Le palmarès 20181 Focus Dario Argento 20181 Exposition 20181 Pitch Dating 20181 Concours The Review 4 !1
bootstrap carousel by WOWSlider.com v8.7

 

 

Court Métrange 2018

Cinéma Gaumont Rennes

Mad Movies

D.O.A.
DES OCTOBRES ABRACADABRANTS

Ça faisait longtemps que l’envie de flâner du côté de l’Italie fantastique en ses plus prolifiques années nous caressait. Bien belle époque des Maestri, des débrouillards, des artisans bien inspirés ou des falsificateurs grandioses. Dans cette abondante production (dont nous ne retenons que les genres qui nous concernent) s’invitaient un érotisme vénéneux, un macabre spectaculaire et d’énigmatiques silhouettes en imper noir. De vertigineux voyages à l’italienne qui réveillent une nostalgie tenace.

Comme une friandise dont on recule la dégustation pour mieux la savourer, nous nous sommes armés de patience, guettant l’occasion, l’herbe tendre. Elle se présenta sous la forme d’une rencontre inespérée avec le réalisateur d’argent, celui-là même qui régala nos pupilles de ses invraisemblables fantasmes colorés, toujours objets d’un culte féroce. Mais le prodige romain, après avoir donné son accord, dut finalement décliner l’invitation avec des excuses et sa bénédiction. Impossible d’en rester là. Nous nous vengeons de cette cruelle absence en nous emparant de deux oeuvres incontournables du maestro que vous verrez dans leur version restaurée, Suspiria et Profondo Rosso . Elles sont présentées par Guy Astic, complice du réalisateur et directeur des éditions Rouge Profond à qui nous devons Peur, l’autobiographie incontournable du même Dario Argento.

Pour cette édition sous influence transalpine, ce vertigine italiana, il nous fallait kidnapper des figures emblématiques de cette période foisonnante. Le nom de celui qui signa, pour Lucio Fulci, les inoubliables compositions de l’Au-Delà, Frayeurs ou encore l’Enfer des zombies apparut comme une évidence. Fabio Frizzi est donc là, nous faisant l’honneur de dispenser une master classe sur l’art de régaler les cages à miel tout en oeuvrant pour le cinéma . L’idée de retrouver Catriona MacColl, la plus talentueuse des actrices ayant hurlé sous l’objectif de Fulci, s’est imposée immédiatement. On n’allait pas se priver de la magie de cette présence même si elle fut déjà la reine incontestée de l’édition 2012. Parmi des joyeusetés dont vous avez désormais l’habitude, on notera la conférence d’Hubert Blanchard et de Kevin Cappelli portant sur La beauté du meurtre, la séance de dédicace du talentueux Doug Headline pour la BD Midi Minuit et bien entendu l’exposition Un rêve jaune concoctée par ces démons du Naïa Museum . S’il faut (sous la contrainte) faire une distinction entre cinéma traditionnel et cinéma de genre, on peut avancer qu’elle se fonde sur la manière de nous entraîner dans leurs histoires. Le premier nous tire poliment sur la manche. Le deuxième, plus économe en civilités, nous saisit directement à la gorge.

Tout porte à croire que le cinéma de Fabrice Du Welz, président de cette quinzième édition , appartient à la seconde catégorie (tout en échappant à une définition arrêtée). Voir ses films relève d’une expérience viscérale dont on ressort hagard, après une collision avec la matière même de l’image. Dans une singulière relation organique, le récit infuse notre cerveau et celui-ci se charge des principes contenus. En termes clairs, les films de Fabrice Du Welz sont immanquables.

Le réalisateur belge et les autres membres du jury officiel vont voir les mêmes films que vous : une pluie de courts métrages reliés par le même ADN du Fantastique . Des oeuvres en elles-mêmes, toujours étonnantes et créatives, venues de par le monde pour étinceler sur les grands écrans du cinéma Gaumont.

Oui, vous avez bien lu : Court Métrange prend ses quartiers place du général De Gaulle afin d’augmenter sa capacité d’accueil. Notre public adoré ne connaîtra plus la frustration de ces séances complètes avant l’heure et nous n’aurons plus à raser les murs, la tête basse. Que d’excellentes raisons de nous retrouver lors de cette édition anniversaire !
 

STEVEN PRAVONG
Directeur artistique de Court Métrange